La reconstruction du Palais Manjakamiadana

Bien que le programme de réhabilitation du Rova d’Antananarivo concerne tout le complexe palatal , le CNP s’est donné comme priorité la reconstruction du Palais Manjakamiadana , édifice le plus emblématique du site.

Au regard des outrages subis par le Palais dix ans après le sinistre qui a réduit à néant l’essence patrimoniale de de cet édifice, l’approche à adopter quant à la démarche opérationnelle à suivre pour sa reconstruction  est la première question à résoudre : faut-il restaurer à l’identique ou s’en tenir à la restitution du « visuel » imprimé dans la mémoire collective avant la destruction de l’ouvrage ?

Les études entreprises et capitalisées durant la décennie précédant la décision prise en 2005 de démarrer la reconstruction du Palais Manjakamiadana  ont convaincu le CNP d’une évidence : l’histoire de la construction du Palais détruit (à l’origine, un palais de bois construit en 1839 par  Jean Laborde et consolidé en 1869 par James Cameron qui érigea les façades et les tours en pierre) et les désordres structurels conséquents à la disparition totale du palais de bois ainsi qu’à la fragilisation de l’enveloppe extérieure de pierre attaquée par le feu compromettaient l’ambition d’une démarche primant l’authenticité.

Michel RABARIHARIVELO, Architecte DPLG, chargé de la maîtrise d’œuvre du projet résume en ces termes l’approche adoptée dans la reconstruction du Palais Manjakamiadana : « Avant sa destruction, c’est la maçonnerie de pierre qui soutenait le palais de bois intérieur, maintenant il s’agit de consolider les façades et tours extérieures par une structure intérieure  » .

La démarche consiste ainsi à restaurer d’une manière  pérenne l’ensemble combinant le Palais de bois et la façade en pierres :

  • des fondations stables,
  • une superstructure intérieure en béton,
  • un bâtiment sécurisé,
  • un processus constructif cohérent,

Coupe en 3 D

L’objectif est de retrouver l’aspect architectural  (extérieur et intérieur) antérieur à l’incendie du 6 novembre 1995, dans le respect des références identitaires et des symboles rattachés au Palais et au Rova dans son intégralité (valeur culturelle et historique), tout en se conformant aux normes prescrites en matière de réhabilitation de monument historique  (Charte d’Athènes et Charte de Venise) ainsi qu’aux normes de sécurité, de commodité et d’aménagement prescrites pour un Etablissement Recevant  du Public (ERP:classement, normes et exigences techniques) , le palais étant destiné à redevenir le musée qu’il était.

 

Les travaux : ressusciter le Phénix

..................... ...................................................

.................................Photo ancienne du Rova......................................................................... Manjakamiadana réhabilité en 3 D

Les travaux attribués à l’entreprise Colas Madagascar  ont débuté en janvier 2006. La première phase consistait  à réaliser les fondations en pieux forés descendant pour certains jusqu’à 30 mètres , sur lesquels allaient reposer la superstructure intérieure à construire à l’intérieur de la maçonnerie de pierre.  L’ossature  en béton armé  est destinée à recevoir la restauration de l’ancien palais de bois et  à conforter parallèlement la stabilité des façades et des tours extérieurs en maçonnerie de pierre.

La réalisation des fondations a cependant nécessité des travaux préliminaires tels que le sondage géotechnique classique ainsi que la sécurisation de ce qui restait de la maçonnerie de pierre. Il a fallu pour cela déposer et numéroter  une à une toutes les pierres composant les parties fragilisées des façades et des tours afin de permettre la repose des pierres réutilisables à leur emplacement d’origine exact lors de la phase de restauration de la maçonnerie de  pierre. En effet, les normes en matière de restauration de patrimoine recommandent la conservation des matières d’origine dès lors qu’elles sont toujours réutilisables. La dépose, y compris l’abattage de la totalité de  la façade Est du palais, aura duré sept mois ( juillet 2006 à janvier 2007).

A l’issue de l’opération de dépose partielle des tours et  des façades, la maçonnerie de pierre a été réduite aux deux tiers du volume total de pierres la composant, celui-ci étant estimé à 65 000 pièces de taille et de forme différentes.

Les travaux de fondations , de structure, de charpentes et de couverture ont été réalisés  d’octobre 2006 à décembre 2009.

...............................................

Dépose partielle de la maçonnerie .............................................................................. Réalisation des pieux forés

 

...........................................................

Structure en béton jusqu’au niveau toiture ..................................................................................... Pose de la couverture en ardoise

La deuxième phase des travaux consistait à restaurer la maçonnerie de pierre. L’entreprise était d’autant plus difficile qu’il fallait recréer un ensemble homogène en reconstituant le plus fidèlement possible un ouvrage amputé des deux tiers de ses composants. Colas a eu recours aux services de la société Quélin France, spécialiste en restauration d’édifices et de monuments historiques pour cette phase qui consistait à « faire du vieux avec du neuf ». La repose des pierres a été réalisée conformément au  calepinage établi à partir d’un relevé lasérométrique des tours et des façades effectué avant la dépose ,de telle sorte que chaque pierre codifiée lors de cette opération soit placée à son emplacement d’origine.

Les travaux de restauration de la maçonnerie de pierre des façades et des tours comprenaient :

Restauration de façade

  • le remplacement des pierres fortement dégradées par l’incendie mais non déposées lors des travaux de mise en sécurité de l’ensemble de la maçonnerie de pierre : dépose et repose en tiroir, pierre par pierre.

 

le remplacement des pierres déjà manquantes  avant les travaux (niveau 2 de la façade Ouest)  ou manquantes à l’issue des travaux de dépose (totale pour la façade Est et partielle pour les tours et les autres façades) par des pierres neuves (pose de pierre neuves par-dessus) ou par des pierres réutilisables provenant de la phase de dépose (pose de pierre en réemploi par-dessus)

  • la restauration des chapiteaux sculptés (socles neufs ou en réemploi et pose d’ornements sculptés neufs)

Chapiteau neuf

Les pierres utilisées en réemploi :

Les pierres utilisées en réemploi étaient de deux sortes :

  • les pierres déposées et jugées réutilisables en l’état après diagnostic (parement intérieur ou extérieur)
  • les pierres déposées réutilisables après diagnostic mais retaillées en plus petites (pierres à l’intérieur des parements)

 

Les pierres neuves :                                                                                                

Une prospection de carrières en vue d’identifier celles qui permettraient d’extraire les pierres répondant aux caractéristiques de celles utilisées à l’origine a été effectuée par les techniciens de la pierre de la société Quélin .

 

Différentes carrières avaient été ainsi retenues :

  • Ambohibato (du côté d’Ambatomirahavavy PK 18 RN1)  choisi pour son granit feldspathique, le même que Cameron a ulilisé pour les façades en granit de Manjakamiadana.

Les blocs de pierres ont été extraits industriellement de la carrière et taillés industriellement à l’atelier de Colas à Ambohimahitsy PK 7 RN2 ou travaillés artisanalement sur place par les tailleurs de pierre d’Ambohibato.

....................... .......................

. ........................................................................ Carrières d’Ambohibato PK 18 RN1

Ambatomaro choisi pour son granit gris utilisé pour des pièces telles que les main courantes et les consoles taillées sur place par les artisans tailleurs de pierre de la place.

 

  • Ambohimanoa (aux environs de Mahitsy, RN4) pour le chloristoschiste ou « vato didy » utilisé par Cameron pour les ornements des chapiteaux des colonnes des façades (cette pierre est différente du «  vaton’i Mantasoa » bien que ressemblante).

 

 

La façade Est restaurée

 

Environ  25 000 pierres sur les 65 000 pierres qui constituent à l’origine les façades et tours en pierre du palais Manjakamiadana auront été posées ou reposées pour la restauration de la maçonnerie de pierre. Les travaux commencés en  septembre 2006 ont été achevés en avril 2010.

 


Le financement des travaux : un élan national sans précédent


L’annonce du démarrage des travaux de reconstruction du palais Manjakamiadana a tout  de suite rencontré l’adhésion de la population.Jamais projet n’aura suscité autant d’engouement. La Nation entière ( nationaux, étrangers résidents, sociétés et entreprises publiques ou privées, associations et organismes , collectivités…etc) a répondu d’un seul élan à l’appel à contribution volontaire lancé en octobre 2005 par l’ancien Président RAVALOMANANA pour la reconstruction du Rova.L’Association Fanarenana ny Rova ( AFR),  mise en place à son initiative pour collecter et gérer les contributions, a réussi à lever de novembre 2005 à fin 2009 la somme de   11 065 860 000 Ariary. La performance de l’AFR a dépassé de loin celle de l’Etat  ( Budget de la Présidence de la République) dont la contribution totale s’élevait pour les exercices 2006, 2007, 2008  à la somme de 3 968 000 000 Ariary. Pour un côut de travaux réalisés totalisant 18 294 707 614 Ariary, l’AFR et l’Etat ont payé 14 654 921 000 Ariary. Les opérations de financement et de paiement étant suspendu depuis 2009, le projet reste devoir  à Colas la somme de 3 640 000 000 Ariary.L’AFR prévoit cependant d’effectuer un dernier paiement sur les reliquats constatés à la clôture de ses comptes,avant sa dissolution.

FONDS COLLECTES PAR L’AFR ( en Ariary)


INSTITUTIONS ET ORGANISMES RATTACHES..............104 974 039,00

COLLECTE REGIONS.................................................54 538 045,00

INSTITUTIONS FINANCIERES.................................4 021 000 000,00

SOCIETES ET ENTREPRISES...................................4 611 637 576,53

DIASPORA   MALAGASY.............................................36 258 407,52

ASSOCIATIONS DIVERSES.........................................35 278 964,40

COLLECTIVITES DECENTRALISEES............................... 29 454 799,00

ORGANISMES DIVERS...........................................1 939 203 055,00

COMMUNAUTES RELIGIEUSES....................................33 389 343,00

ETABLISSEMENTS SCOLAIRES....................................11 893 346,00

PERSONNES PHYSIQUES..........................................152 010 631,10

TOTAL.............................................................11 029 131 206,55

Nota: Les contributions volontaires sont collectées et gérées par l’Association Fanarenana ny Rova.

Le dernier chiffre communiqué par AFR  ( janvier 2012)  est de 11 065 860 756,13  Ar. d’après ses livres

Noely RANAIVOARIMANANA, Coordinateur